Noël 1964: « Le mercure dans les 60 degrés »

Depuis des décennies, les gens ont tendance à surestimer la probabilité de voir beaucoup neige dans les métropoles durant les festivités chrétiennes. En présence d’un intense trafic, de poussière, de smog et de sel anti-glace sur le sol, la présence de neige durant la période de Noël a toujours été quelque chose de rare dans les grandes villes. Pourtant, plusieurs personnes (surtout les climato-anxieux) ont tendance a oublier cette réalité. En effet, en 2015, Radio-Canada a utilisé les statistiques d’environnement Canada pour énumérer toutes les années depuis 1955 où il était possible de discerner de la neige au sol le jour de Noël.

Contrairement à la croyance populaire, il existe peu de Noël dans l’histoire du Montréal Industrialisé que nous connaissons où de la neige était fortement visible sur le sol durant cette journée.

L’illusion qui nous force à croire qu’il « devrait » y avoir de la neige à Noël provient de 3 facteurs que nous oublions souvent de considérer.

Premièrement, malgré que cela peut paraître évident, à l’approche de cette journée de réjouissances, nous sommes souvent portés à oublier que la saison d’hiver commence seulement le 21 décembre.

Deuxièmement, la télévision joue un rôle important puisque certains individus centrés sur les médias et déconnectés de la réalité ont tendance à tellement s’imbiber d’images d’un Noël enneigé qu’ils oublient qu’ils vivent dans une métropole industrielle.

Dernièrement, les amalgames entre la quantité de neige à Montréal comparée à la quantité présente en région emmène fréquemment des confusions entre les québecois à savoir s’il y a eu neige ou non.

Changement climatique?

Le narratif des climato-anxieux est très amusant.

Au tout début, alors que la température moyenne de la Terre était minimalement en baisse, ont nous faisait croire qu’il y avait un refroidissement climatique et que si rien n’était fait, nous allions vivre une seconde ère glacière.

Ensuite, alors que la température moyenne de la Terre était minimalement en hausse, ont nous faisait croire qu’il y avait un réchauffement climatique et que si rien n’était fait, nous allions vivre la fonte des glaces.

Maintenant, alors que plus aucun de ces narratifs ne fonctionne, nous vivons maintenant ce que nos médias (et l’ONU) appellent LE CHANGEMENT CLIMATIQUE.

Ainsi, plus de place à l’erreur! Puisque le climat se refroidit et se réchauffe constamment, les médias pourront toujours nous alerter d’une future catastrophe! Brillant!

En vain, il est évident qu’il y a un changement climatique qui affecte Montréal. C’est normal: Le climat change!

Évidemment, dans sa perfection absolue, la nature connaît des imperfections qui font en sorte que la météo peut tout de même nous surprendre. En voici 2 exemples.

« Un Noël sans neige »

« On se croirait beaucoup plus à Pâques qu’à Noël », commentaient les gens à la sortie de la messe de minuit…

Et ces personnes n’avaient définitivement par tort!

En effet, l’exceptionnelle température des derniers jours avait fait fondre le peu de neige qui était déjà tombée sur les Cantons de l’Est depuis le début de la saison froide. Même plus, pendant toute la journée de Noël le mercure a oscillé dans les 60 degrés.

Même les plus vieux ne semblaient pas se souvenir d’un jour de Noël aussi doux… Les chauffeurs de taxi répétaient même en badinant: « Un vrai Noël du Sud… »

Malgré tout, Noël n’a pas perdu son caractère. Des milliers de personnes ont assisté à la messe de minuit dans les différentes églises de Sherbrooke et de la région et le joyeux père Noël a accompli sa tournée comme si de rien n’était…

Toutefois, les enfants qui ont reçu des patins et des bâtons de hockey comme étrennes ne semblent pas prêts de faire valoir leurs talents puisque les patinoires extérieures ont pris l’allure de véritables mers de boue.

D’un autre côté, les réveillons dans plusieurs familles ont été assez secs. On a dû se contenter de la bière, sauf dans les maisons où les chefs de famille avaient été assez prévoyants pour faire leurs « provisions » avec que n’éclate la grève des employés de la Régie des alcools, il y a trois semaines.

La Tribune No. 254, Sherbrooke, Samedi 26 Décembre 1964

PAS UN NOËL COMME LES AUTRES — Quand il n’y a pas un seul brin de neige et quand le thermom;etre oscille dans les 60 degrés, ce n’est définitivement pas un Noël comme les autres. Comme il faisait plus chaud à Noël qu’à certains jours de l’été dernier, un groupe d’amis de la rue Murray (à Sherbrooke) ont sorti l’arbre de Noël de la maison, la table à cartes et tout ce qu’il fallait pour se détendre au grand air… Puis, pour se désaltérer… étant donné que la Régie des alcools est en grève, on a bu du lait!

(Photo La Tribune, par Jacques Darche)

La Tribune No. 254, Sherbrooke, Samedi 26 Décembre 1964

Ce n’est pas seulement à Sherbrooke qu’un tel record à été enregistré. Comme le mentionne cet article du Devoir du 27 décembre 2006, la température de la ville de Montréal avait atteint les 11 degré à Noël. Selon le météorologue d’environnement Canada questionné à l’époque, de tels changements de température une fois aux 4 ans n’a rien d’inhabituel.

Un redoux fort apprécié pour certains, alarmant pour d’autres, mais qui n’a pourtant rien d’inhabituel, selon le météorologue à Environnement Canada André Cantin. «Il n’y a pas de neige à Noël en moyenne tous les quatre ans», a-t-il souligné, en précisant que les probabilités qu’il y ait des accumulations de neige à Noël sont de 77 %. Pour les 24 et 25 décembre, les températures maximales enregistrées ont été respectivement de 4,1 et 4,2 °C, comparativement à 2 °C le jour de Noël l’an dernier. Des températures tout de même pas si loin du record de 1964, où il avait fait 11 °C un 25 décembre.

Le Devoir

« La tempête du siècle »

La situation inverse est tout aussi probable. La preuve la plus évidente et probablement la plus documentée de l’histoire de Montréal est bien la « tempête du siècle » qui a pris la métropole par surprise en 1970 et qui a fait un total de 17 morts.

Source: La Presse

Vous remarquerez sûrement que cette tempête est clairement visible sur le graphique précédemment mentionné. Ceci va de même pour les températures chaudes de 1964.

Endoctrinement

Mes prières vont avec tous les malheureux qui, malgré cette sainte journée de réjouissances qui marque un des fort pilier de notre culture, réussissent tout de même à trouver désolation dans une idée préconçue des forces mondialistes qui voudrait qu’une faible quantité de neige égalise une fin du monde proche.

Un joyeux Noël à tous. Et vive le Christ-Roi.

AVERTISSEMENT

En égard au climat délétère actuel, nous ne validons aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte de DMS:


- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi

- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes

- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe


Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.


Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de Dans Mes Souvenirs ou ses représentants.

Laisser un commentaire