Dorise Nielsen: La première communiste au parlement canadien

Source: The Star Phoenix
Auteur: Erin Petrow
Contact: thestarphoenix.com/author/erinmpetrow


Élue au plus fort de la Seconde Guerre mondiale, Dorise Nielsen est devenue la première communiste et la troisième femme à occuper un siège au Parlement canadien.

Née le 30 juillet 1902 à London, au Royaume-Uni, Nielsen a déménagé en Saskatchewan en 1927 pour enseigner près de la ville de Spiritwood.

Portrait de Dorise Nielsen

Vivre la Grande Dépression a fortement influencé la politique de Nielsen. Elle a rejoint le CCF en 1934 et le Parti communiste du Canada trois ans plus tard. En 1940, elle se présente aux élections fédérales dans la circonscription de North Battleford sous la bannière « Unity » — battant le président libéral sortant.

Nielsen était un croisé pour le bien-être des enfants, les libertés civiles et la lutte contre la pauvreté — en particulier dans l’ouest ravagé par la dépression — à une époque où le gouvernement se concentrait sur le financement de la guerre qui dépassait de loin les dépenses pour des causes sociales.

« Déjà, les occidentaux se sont rendu compte qu’au cours de cette période, on allait leur demander de faire des sacrifices, et ils commencent à se demander comment eux, qui sont si près du bord de la misère, peuvent faire encore un autre sacrifice », Nielsen déclara le Parlement en mai 1940. « Dans leur esprit, ils commencent à douter de beaucoup de choses; des soupçons commencent à apparaître. »

En tant que membre du Parti communiste, une affiliation qu’elle a tenté de cacher après qu’elle fut interdite des mois après sa victoire[1]Toutes activités communistes furent strictement interdites au Québec par Maurice Duplessis par l’adoption de la Loi du Cadenas en 1937, une loi qui fut déclarée inconstitutionnelle par le gouvernement canadien en 1957.[2]Les activités du Parti Communiste du Canada spécifiquement furent interdites lors de l’adoption de la Loi sur les Mesures de Guerre par le gouvernement canadien à partir du 4 août 1914 jusqu’au 10 janvier 1920., Nielsen a plaidé pour la libération des communistes emprisonnés et est devenue porte-parole de sa politique au Parlement.

En 1945, Nielsen se présenta sans succès à la réélection en tant que « Labour Progressive »[3]archive.md/WyJzy, un nom utilisé par le Parti communiste du Canada jusqu’en 1959. Elle travailla pour le parti à Toronto avant de faire une dernière tentative de candidature à la présidence en 1953.

En 1957, elle a déménagé en République populaire de Chine où elle a travaillé comme professeur d’anglais et rédactrice en chef de la Foreign Languages ​​Press avant sa mort le 9 décembre 1980.

Références   [ + ]

1. Toutes activités communistes furent strictement interdites au Québec par Maurice Duplessis par l’adoption de la Loi du Cadenas en 1937, une loi qui fut déclarée inconstitutionnelle par le gouvernement canadien en 1957.
2. Les activités du Parti Communiste du Canada spécifiquement furent interdites lors de l’adoption de la Loi sur les Mesures de Guerre par le gouvernement canadien à partir du 4 août 1914 jusqu’au 10 janvier 1920.
3. archive.md/WyJzy

AVERTISSEMENT

En égard au climat délétère actuel, nous ne validons aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte de DMS:


- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi

- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes

- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe


Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.


Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de Dans Mes Souvenirs ou ses représentants.

Laisser un commentaire