La vraie controverse entourant le réseau 5G

Source: Macleans
Auteurs: Nick Taylor-Vaisey et Jason Markusoff
Contact 1: macleans.ca/author/nicktaylorvaisey
Contact 2: macleans.ca/author/jason-markusoff


[…]

Huawei, un gĂ©ant mondial des tĂ©lĂ©communications ayant des liens Ă©troits avec l’État chinois. […] En plus d’ĂȘtre qualifiĂ©e de menace pour la sĂ©curitĂ© nationale par les chefs d’espionnage occidentaux, la sociĂ©tĂ© fait l’objet d’une enquĂȘte aux États-Unis depuis des annĂ©es.

[…]

À l’automne 2018, le chef des espions du Canada, s’exprimant lors d’un atelier international sur la cybersĂ©curitĂ© Ă  Ottawa, a fait une dĂ©claration surprenante. David Vigneault, directeur du Service canadien du renseignement de sĂ©curitĂ©, a dĂ©clarĂ© Ă  l’auditoire que l’ambition de la Chine en matiĂšre de cyberespionnage Ă©tait la plus grande menace pour les dĂ©mocraties occidentales. Le National Post a dĂ©terrĂ© des exemplaires de son discours, qui avertissait spĂ©cifiquement que les investissements Ă©trangers de la Chine dans les rĂ©seaux de cinquiĂšme gĂ©nĂ©ration, ou 5G, introduisaient « de nouveaux risques d’espionnage et de perturbation ». Il n’est pas le seul Ă  le croire. Huawei est un Ă©lĂ©ment essentiel de la lutte sino-amĂ©ricaine, dont les responsables des services de renseignement occidentaux ont longtemps averti qu’il constituait une menace pour la sĂ©curitĂ© nationale.

Avec tout cela en arriĂšre-plan, le gouvernement fĂ©dĂ©ral est confrontĂ© au dilemme de savoir s’il faut autoriser les opĂ©rateurs sans fil Ă  utiliser le matĂ©riel Huawei dans ses rĂ©seaux 5G. Le gĂ©ant chinois de la technologie est l’un des trois principaux fournisseurs mondiaux […] de ce prochain bond en avant en termes de vitesse et de capacitĂ©s de donnĂ©es […]

Les responsables amĂ©ricains ont exprimĂ© de vives inquiĂ©tudes quant Ă  la possibilitĂ© pour Huawei de faire partie de la nouvelle infrastructure technologique. […] Le « cheval de Troie Huawei » pourrait permettre aux services de renseignement chinois d’exploiter directement le cƓur des donnĂ©es des Canadiens, a averti l’automne dernier le conseiller Ă  la sĂ©curitĂ© nationale de Trump, Robert O’Brien, lors d’un forum sur la sĂ©curitĂ© Ă  Halifax. Huawei professe son indĂ©pendance vis-Ă -vis de l’État autoritaire, mais la loi chinoise peut dĂ©sormais obliger les entreprises Ă  participer aux opĂ©rations de renseignement.

Laisser Huawei aider Ă  construire un rĂ©seau 5G pourrait conduire les États-Unis Ă  restreindre le partage de renseignements avec le Canada, ont averti certains lĂ©gislateurs […] La dĂ©cision du Canada quant Ă  l’addition de Huawei dans son infrastructure 5G dĂ©favorisera donc soit les Chinois, soit les AmĂ©ricains, dĂ©pendamment du choix.

La firme de technologie s’est dĂ©jĂ  implantĂ©e au Canada depuis son arrivĂ©e Ă  Ottawa en 2008 […] Huawei Canada affirme investir chaque annĂ©e des millions dans les universitĂ©s canadiennes. Alykhan Velshi, vice-prĂ©sident des affaires corporatives chez Huawei Canada, dit que son entreprise a dĂ©jĂ  passĂ© 12 ans Ă  construire le secteur des tĂ©lĂ©communications au nord de la frontiĂšre. « Nous employons plus de 1 200 Canadiens », dit-il. « En collaboration avec nos partenaires canadiens, nous avons aidĂ© Ă  construire les rĂ©seaux sans fil 4G LTE et 3G sur lesquels les gens comptent aujourd’hui Ă  travers le pays. »

La dĂ©cision actuelle de la sociĂ©tĂ© d’approfondir ces racines est une rĂ©ponse partiellement redevable Ă  son refus chez des meilleures universitĂ©s de recherche amĂ©ricaines. Huawei a versĂ© des millions dans les Ă©coles amĂ©ricaines au cours de la derniĂšre dĂ©cennie, mais l’annĂ©e derniĂšre, Princeton, Stanford et Berkeley, entre autres, ont rompu leurs liens suite aux pressions de Washington et de la nouvelle loi fĂ©dĂ©rale interdisant aux bĂ©nĂ©ficiaires de fonds fĂ©dĂ©raux d’utiliser l’Ă©quipement ou l’infrastructure de Huawei.

Huawei Canada insiste sur le fait qu’il travaille depuis des annĂ©es en collaboration avec le Centre canadien de la sĂ©curitĂ© des tĂ©lĂ©communications, le service fĂ©dĂ©ral d’espionnage Ă©lectronique. « Nous sommes en contact rĂ©gulier avec le gouvernement et ses agences de sĂ©curitĂ© », explique Velshi. « Nous leur avons rĂ©pĂ©tĂ© Ă  maintes reprises que lorsqu’il est question de la sĂ©curitĂ© du rĂ©seau 5G, nous sommes prĂȘts Ă  subir tous les tests et Ă  rĂ©pondre Ă  tous les critĂšres pour les assurer de l’engagement de Huawei en matiĂšre de sĂ©curitĂ© et de protection de la vie privĂ©e. »

[…]

L’opinion rĂ©pandue dans les cercles chinois est que le Canada est la « patte de chat » des États-Unis — un partenaire subalterne qui suit aveuglĂ©ment ses prĂ©ceptes, explique Wesley Wark, expert en sĂ©curitĂ© nationale et professeur invitĂ© au centre de gestion publique de l’UniversitĂ© d’Ottawa. Le dilemme de la 5G pourrait ĂȘtre une chance pour le Canada de montrer ses capacitĂ©s de dĂ©cision souveraine, dit-il. Wark souligne qu’il ne pense pas qu’Ottawa devrait tenir compte de son dilemme des prisonniers dans sa dĂ©cision 5G. Mais si cela peut montrer Ă  la Chine, par acte ou par rhĂ©torique, qu’elle dĂ©cide de se libĂ©rer de l’influence amĂ©ricaine, « ce serait merveilleux si cela crĂ©ait une ouverture pour que les Chinois repensent la dĂ©tention des deux Michaels », dit-il.

Wark croit que le Royaume-Uni pourrait avoir donnĂ© au Canada une voie Ă  suivre avec une dĂ©cision de compromis qui semble avoir apaisĂ© la Chine (mais pas les États-Unis). Le Royaume-Uni dĂ©signe Huawei comme un « fournisseur Ă  haut risque » qui ne peut pas construire son systĂšme 5G de base ou tout Ă©quipement autour d’une infrastructure gouvernementale critique, mais peut fournir du matĂ©riel pĂ©riphĂ©rique — des Ă©quipements comme des antennes qui ne font que transmettre des donnĂ©es entre les utilisateurs et le cƓur sĂ©curisĂ©. Cette route peut s’avĂ©rer attrayante pour le Canada, car les majors des tĂ©lĂ©communications Telus et Bell ont toutes deux dĂ©clarĂ© qu’elles chercheraient diffĂ©rents fournisseurs pour leurs cƓurs 5G, mais souhaitent pouvoir incorporer des Ă©quipements Huawei ailleurs dans le rĂ©seau.

AVERTISSEMENT

En égard au climat délétÚre actuel, nous ne validons aucun commentaire ne respectant pas de maniÚre stricte la charte de DMS:


- Aucun message Ă  caractĂšre raciste ou contrevenant Ă  la loi

- Aucun appel Ă  la violence ou Ă  la haine, ni d'insultes

- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe


Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune maniÚre à justifier leurs décisions.


Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de Dans Mes Souvenirs ou ses représentants.

Laisser un commentaire