Des documents révèlent que Peter Strzok et le FBI ont comploté pour mettre à pied le général Flynn

Source: Just The News
Auteur: John Solomon
Contact: https://justthenews.com/john-solomon


Les notes manuscrites d’un haut fonctionnaire du FBI datant des premiers jours de l’administration Trump exprimaient de l’inquiétude quant au fait que l’organisation aurait abusé d’un entretient avec l’ex-conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn pour le faire mentir afin qu’elle « puisse le poursuivre ou le faire virer. »

Les notes et autres courriels ont été remis sous scellés aux avocats de Flynn la semaine dernière puis rendus publics mercredi soir par décision de la cour, fournissant ainsi les preuves les plus accablantes à ce jour d’une possible politisation et mauvaise conduite de la part du FBI lors de l’enquête sur l’ingérence Russe.

Les notes montrent que les responsables du FBI ont discuté de ne pas fournir à Flynn un avertissement de type « Miranda »[1]https://fr.wikipedia.org/wiki/Droits_Miranda avant son entretien de janvier 2017 — une pratique normalement suivie dans de tels entretiens — afin qu’il puisse être criminellement accusé s’il induit les agents en erreur, ont déclaré les responsables.

« Quel est notre objectif? Vérité/Admission ou le faire mentir, afin que nous puissions le poursuivre ou le faire virer? », Disent les notes manuscrites du haut fonctionnaire. Les notes expriment en outre la crainte que le FBI ne « joue à des jeux. »

Plusieurs responsables ont confirmé à Just The News que l’auteur des notes est William Priestap, le directeur adjoint retraité du FBI pour le contre-espionnage et superviseur ultime de l’agent licencié Peter Strzok, qui a dirigé l’enquête russe.

Vous pouvez télécharger et lire les notes ici.

Les responsables du ministère de la Justice enquêtent pour savoir si les notes de Priestap ont été écrites conjointement avec des réunions qu’il a eues avec des dirigeants tels que le directeur de l’époque James Comey et l’ancien directeur adjoint Andrew McCabe, ont déclaré des responsables. Un procureur spécial examine le traitement par le Département de la Justice des États-Unis et le FBI face à la poursuite contre Flynn, une poursuite qui a conduit l’ancien conseiller de Trump et le général Flynn à plaider coupable d’avoir menti au FBI dans le cadre d’un accord de plaidoyer avec le conseil spécial Robert Mueller dans l’affaire de l’ingérence Russe.

L’avocat de Flynn, Sidney Powell, a déposé une requête judiciaire la semaine dernière, déclarant que de nouveaux éléments de preuve étaient apparus montrant que Flynn était « encadré » et sa condamnation devrait être rejetée. Les responsables ont déclaré que les notes faisaient partie de ces nouvelles preuves et avaient été cachées à l’équipe de défense de Flynn pendant des années, même si elles constituaient des preuves potentielles d’innocence.

De plus en plus de preuves seront produites dans les prochains jours qui éclaireront davantage la conduite du FBI dans l’affaire qui est maintenant au centre de l’enquête du Département de la Justice, ont déclaré des responsables.

Parmi les nouvelles preuves publiées mercredi soir, il y a une chaîne de courrier électronique impliquant l’ancienne avocate du FBI Lisa Page et Strzok, l’agent principal de l’enquête russe connue sous le nom de Crossfire Hurricane. Dans l’échange de courriels, les deux et d’autres discutent de la question de savoir si le FBI doit suivre ses règles normales et donner à Flynn « l’avertissement 1001 » habituel au début de son entretien que s’il trompait des agents, il pourrait être inculpé au pénal.

Dans un Email dédié à M. Strzok de la part de Lisa Page, on peut lire:

J’ai une question pour vous. L’avertissement 1001 pourrait-il être donné au début de l’entretien? Ou doit-il venir à la suite d’une déclaration que les agents jugent fausse? Cette politique en parle-t-elle?

Il semble que si le premier cas s’applique[2]Lisa Page mentionne ici le cas où l’avertissement serait donné au début de l’entretien., alors ce serait un moyen facile de simplement le glisser avec désinvolture: « Bien sûr, vous savez que la loi fédérale fait du crime un crime pour… »[3]Lisa page donne ici un example à Peter Strzok en faisant semblant de s’adresse au général Flynn.

Lisa Page

Un peu plus tard, Page reçoit une réponse de la part de Strzok par Email: « Je n’ai pas lu la politique récemment, mais si je me souviens bien, vous pouvez le dire à tout moment. J’en suis sûr à 90%, mais je peux vérifier cela le matin. »

Le fait que des agents du FBI utilisaient une phrase comme « glisser avec désinvolture » lorsqu’ils parlent d’un avertissement destiné à protéger les droits constitutionnels de quelqu’un est certain de donner aux avocats de Flynn plus de fourrage pour faire valoir devant le tribunal que son entretien de janvier 2017 était un coup monté.

C’est lors de cet entretien de janvier 2017 que Flynn a été accusé d’avoir menti, bien que des preuves aient déjà été révélées que les agents du FBI ne croyaient pas qu’il était trompeur et avaient simplement une mémoire défectueuse. Flynn cherche maintenant à annuler son plaidoyer de culpabilité et à être exonéré.

[…]


Références   [ + ]

1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Droits_Miranda
2. Lisa Page mentionne ici le cas où l’avertissement serait donné au début de l’entretien.
3. Lisa page donne ici un example à Peter Strzok en faisant semblant de s’adresse au général Flynn.

AVERTISSEMENT

En égard au climat délétère actuel, nous ne validons aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte de DMS:


- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi

- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes

- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe


Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.


Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de Dans Mes Souvenirs ou ses représentants.

Laisser un commentaire