Fœtus avortés: Un autre fiasco total dans la crédibilité des Décrypteurs

Mauvaise réputation

Financée par la télévision d’état fédérale et affiliée au groupe démocrate américain Poynter, l’équipe des Décrypteurs de Radio-Canada n’a jamais été objet de confiance pour les personnes capables de se rappeler de plus de 10 ans d’histoire, en particulier pour leurs membres, souvent accusés d’être des agents (idiots utiles) de propagande pour l’état canadien. La situation n’a rien d’étonnant face à des individus et une agence télévisée qui ont transmis la fausse information en avril 2020 que le président américain Donald Trump aurait encouragé la consommation de produits désinfectants pour combattre le COVID-19[1]https://www.dansmessouvenirs.com/trump-desinfectant-censure-et-mensonges[2]https://archive.md/7YvzL.

L’histoire change selon les besoins

Pour ceux qui ne seraient pas convaincu que ce groupe n’est qu’un paravent de propagande pour l’élite étatiste, il est important de rappeler que le mois dernier, l’empire politico-économique, incluant l’OMS, l’ONU et les forums économiques, ont commencé à uniformément porter le blâme de la fausse pandémie sur la Chine, alors que ces derniers refusaient depuis les 18 derniers mois d’accuser l’empire asiatique pour des raisons qui iraient en dehors de la portée de cet article.

Malgré que tout ce qui attrait à la fausse pandémie n’est que du pur théâtre de censure et de propagande depuis 2020, il fut très comique d’apprendre que les têtes de Radio-Canada aient dû embarquer dans le bateau du blâme de la Chine, laissant ainsi couler leurs fidèles matelots des Décrypteurs dans un océan de contradictions, ces derniers étant depuis le tout début au front du « combat contre la désinformation », attaquant constamment tous ceux et celles qui osaient affirmer que le « virus » aurait été créé dans un laboratoire chinois à Wuhan.

Il vaut mieux en rire

Encore aujourd’hui, il est possible de visionner la première saison de l’équipe des Décrypteurs sur le service de diffusion web de Radio-Canada. Ironiquement, dans celle-ci, il est possible de trouver un épisode de mars 2020 intitulé « Non, le coronavirus n’a pas été créé en laboratoire[3]https://ici.tou.tv/decrypteurs/S01C502. » Il s’agit là de quoi en faire rire plusieurs, puisqu’il y a quelques semaines, Radio-Canada a mis en ligne le premier épisode d’une nouvelle série de l’émission Découverte intitulé « Les origines de la COVID-19[4]https://www.youtube.com/watch?v=3zbpD6Qkbas. » Comme de fait, l’émission va dans le sens complètement opposé de ce que les Décrypteurs affirmaient en 2020, démontrant ainsi que ces « journalistes » de Radio-Canada ne sont pas des enquêteurs, mais plutôt des activistes engagés pour propager le narratif du moment présent. En vain, à la suite de cette nouvelle, une bonne partie de la Twittersphère a profité de l’occasion pour bien se payer leurs têtes en combinant des clips de l’émission Découverte de 2021 avec celle des Décrypteurs de 2020. Le résultat n’est pas décevant.

Une ****** de chance que les décrypteurs sont là, car je me serais encore fait ******* par Radio-Canada.

Max Lemire

Ne pas tomber dans le piège

Malgré que cette histoire peut être hilarante, il est important de ne pas tomber dans le piège darwinien qu’est la « pandémie mondiale. » Ce que le consensus scientifique nomme les « virus » ou la « viralité » sont des terminologies génériques dont la définition fut fortement altérée par la fraude pharmaceutique depuis l’adoption des théories de Louis Pasteur, lesquelles furent inspirées de l’éducation talmudique. Pour plus d’information sur ce sujet, une page sera bientôt mis en ligne sur notre site sous https://www.dansmessouvenirs.com/virus dans le but d’expliquer cette réalité qui est très peu différente de l’arnaque du cancer[5]https://www.dansmessouvenirs.com/arnaque-octobre-rose-denoncee-par-un-cancerologue et du VIH/SIDA[6]https://web.archive.org/web/20201101002245/https://www.sidacensure.com[7]https://odysee.com/@lestu-dio:d/bernard-lachance-ken-pereira:9.

Dans la situation que nous vivons, il est important de ne jamais jouer le jeu de l’ennemi. En effet, le seul coup gagnant est de ne pas jouer. Ainsi, il n’y pas pas de position à prendre face à la « pandémie » ni face aux « virus », puisque dans la réalité empirique, nous ne sommes confrontés à aucun des deux termes selon leurs définitions modernes.

Les seuls faits à prendre en compte sont clairs:

  • Selon les chiffres de l’INSPQ, le Québec est seulement victime d’une pandémie de cas[8]https://www.dansmessouvenirs.com/inspq-devoile-une-quantite-negative-de-gens-morts-du-covid-19[9]https://www.inspq.qc.ca/covid-19/donnees (Voir la section « Évolution du nombre de décès liés à la COVID-19 au Québec selon le milieu de vie et la date de décès ») — il faut le rappeler — déclarés selon des paramètres totalement absurdes en utilisant la réaction en chaîne par polymérase, une méthode de test sujette à la manipulation pharmaceutique, selon les dires de son inventeur, Kary Mullis[10]https://odysee.com/@EduardoCorrochio:4/kary-mullis-explains-the-pcr-test:e.
  • La majorité de nos morts ont été causés par une gestion totalement affreuse des centres d’hébergement de soins de longue durée de la province.
  • Les responsables canadiens de la santé publique n’ont aucun dossier d’isolement/purification du SRAS-COV-2 effectué nulle part, jamais[11]https://peopleforjusticecanada.com/2021/01/05/canadian-public-health-officials-have-no-record-of-sars-cov-2-isolation-purification-performed-anywhere-ever.
  • Les représentants des autorités sanitaires du Québec ont d’énormes conflits d’intérêts avec de puissantes entités mondialistes[12]https://www.dansmessouvenirs.com/arruda[13]https://www.dansmessouvenirs.com/la-sombre-verite-sur-fauci-et-birx-bill-gates-et-les-elites-mondialiste.
Les vagues de morts selon l’INSPQ.

Le nouveau fiasco

Éventuellement, à force d’attendre, il devient impossible pour ces activistes de ne pas tomber dans un nouveau fiasco, ce qui s’est justement produit la semaine passée à la suite de fuites de courriels électroniques publiés par Melissa Strickler via l’équipe de Project Veritas.

La fuite qu’expose Melissa Strickler dévoile des échanges internes entre Vanessa Gelman, la directrice principal de la recherche mondiale, du développement et des communications médicales chez Pfizer et un employé de la compagnie. Ce dernier affirme que son groupe a reçu une demande de renseignement sur les méthodes utilisées pour tester le vaccin à l’ARN messager de Pfizer. Spécifiquement, la demande souhaite savoir si une ligne cellulaire de fœtus avortés aurait été utilisée lors de ces tests.

Les réponses de Vanessa Gelman vont comme suit:

Merci beaucoup à tous de nous tenir au courant à ce sujet. Du point de vue des affaires de l’entreprise, nous voulons éviter que l’information sur les cellules fœtales ne circule. Comme vous pouvez tous le comprendre, nous communiquons sur ce vaccin sur plusieurs fronts et gérons les problèmes qui surviennent. Dans cet environnement chauffé d’examens minutieux de chaque détail de notre vaccin, nous aimerions éviter de créer une occasion de soulever un problème — nous pensons que le risque de communiquer cela en ce moment l’emporte sur tout avantage potentiel que nous pourrions voir, en particulier avec les membres généraux du public qui pourraient prendre ces informations et les utiliser d’une manière dont nous ne voulons pas. Nous n’avons reçu aucune question de fonctionnaires politiques ou des médias sur ce sujet au cours des dernières semaines, nous voulons donc éviter de soulever ce problème si possible. Si vous souhaitez développer ce qui suit pour expliquer comment notre vaccin est fabriqué et ce qu’est l’ARN messager, cela pourrait être une piste à explorer pour développer la réponse.

Tant que nous pouvons nous concentrer sur le côté productif des choses, cela nous aidera énormément. Ces conseils ont été systématiquement partagés à tous les niveaux des demandes de renseignements que nous avons reçues sur ce sujet sensible.

Vanessa Gelman

Merci beaucoup — à qui s’adressent ces informations? Nous avons essayé autant que possible de ne pas mentionner les lignées cellulaires fœtales: nous aimerions donc vraiment rester concentrés sur la première partie, si possible — ceci est ce qui a été dit le plus récemment pour les demandes de renseignements reçues via notre conseil d’administration et par Emails directs à Mikael Dolsten… Nous avons vraiment essayé de ne pas partager la section en jaune à moins que ce ne soit strictement nécessaire et critique à la mission.

Les lignées cellulaires fœtales humaines dérivées ne sont pas utilisées pour produire notre vaccin expérimental, qui se compose de composants synthétiques et enzymatiquement produits. Une ou plusieurs lignées cellulaires dont l’origine peut être retracée jusqu’au tissu fœtal humain ont été utilisées dans des tests de laboratoire associés au programme vaccinal.

Vanessa Gelman

Ainsi, selon les messages internes de la compagnie, il est clair que Pfizer effectuait bel et bien des tests en laboratoire avec des répliques cellulaires de fœtus avortés et, comme le mentionne Melissa Strickler durant son entrevue, étant donné la malhonnêteté de la compagnie — par ses tentative de cacher ces informations du public (et des agences de contrôle qui visitaient l’usine) — qu’est-ce qui nous prouve que ces cellules ne se trouvent pas dans le vaccin, ou pire encore, que la compagnie n’utilise pas simplement de vraies cellules avortées?

Que fut leur erreur?

C’est ici que les Décrypteurs frappent un autre mur. Dans l’une de leurs « vérifications de faits » datant du mois de mars dernier, Alexis De Lancer se sert d’une note[14]https://www.cccb.ca/wp-content/uploads/2021/03/CCCB-Statement-on-COVID-19-Vaccine-Choice-9-March-2021-FR.pdf écrite par la Conférence des Évêques Catholiques du Canada (CECC) pour discréditer leur recommandation de « choisir le vaccin le moins lié à des lignées cellulaires dérivées de l’avortement » en affirmant que ces souches ont été « prélevées sur un fœtus avorté il y a près de 50 ans. »

En plus d’avoir un manque total de respect et de connaissance sur la valeur des fondements moraux de l’église catholique, Alexis De Lancer n’agit pas comme un journaliste, mais comme un activiste. Dans la présence d’informations et de valeurs qui vont à l’encontre des objectifs de l’agence pour qui il travaille, le « journaliste » ne se contente pas de vérifier les faits que la CECC avance, mais plutôt de contester leur choix en s’appuyant sur des fondements totalement hors-sujets.

En vain, vers la fin de son communiqué, la CECC affirme que Pfizer pourrait être un choix de vaccin alternatif pour les catholiques qui désirent se faire vacciner. Alexis De Lancer, dans son activisme étatique, se trouve aujourd’hui dans une situation où son article cite les dires du CECC sans avoir empiriquement vérifié[15]https://archive.md/Qu1DB leurs sources. Dans l’un des paragraphes de son article, il cite que « Pfizer [a] opté pour un autre procédé de fabrication » que la réplique de cellules prélevées sur des fœtus avortés, chose qui est aujourd’hui prouvée comme fausse.

Paragraphe écrit par Alexis De Lancer dans son article.

Que faut-il conclure?

Comme mentionné précédemment, les Décrypteurs ne sont pas des journalistes et encore moins des vérificateurs de faits, mais plutôt des activistes engagés pour propager le narratif du moment présent. Leur travail ne consiste pas à faire de réelles enquêtes, mais plutôt de transmettre des informations spécifiques provenant des autorités gouvernementales, médiatiques et internationales qui n’auraient pas fait l’objet d’une couverture en profondeur dans les médias de masse, tout cela en discréditant leurs ennemis idéologiques en contournant les vrais sujets de discussion.

Leurs sources ne sont jamais, sinon très rarement empiriques. Leur travail consiste la majorité du temps à trouver une source provenant d’un groupe de réflexion géant (Think Tank) sans qu’ils n’aient jamais à développer de connaissances profondes sur les sujets qu’ils couvrent. Une de leur astuce courante est de partager du contenu d’agences internationales étrangères, comme il est possible de voir dans plusieurs de leurs articles où l’AFP[16]https://www.dansmessouvenirs.com/la-pandemie-mondiale-au-quebec-est-une-presentation-de-agence-france-presse-afp est mentionnée comme source[17]https://archive.md/fPCYB.

Références   [ + ]

AVERTISSEMENT

En égard au climat délétère actuel, nous ne validons aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte de DMS:


- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi

- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes

- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe


Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.


Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de Dans Mes Souvenirs ou ses représentants.

Un commentaire sur “Fœtus avortés: Un autre fiasco total dans la crédibilité des Décrypteurs
  1. Bravo! Je préfère des textes aux vidéos, même si l’un est autant exigeant que l’autre pour les auteurs. Et lorsque je prends quelques mots pour un texte, je le fais en étant heureux de citer la source DMS, question de vous soutenir.

Laisser un commentaire