Catalogne: « Ils font tout pour que ça dégénère »

Source: France TV Info
Auteur: Raphaël Godet
Contact: twitter.com/Raphaelgodet


|AUTN=Raphaël Godet&CON1=https://twitter.com/Raphaelgodet&SRCE=https://www.francetvinfo.fr/monde/espagne/referendum-en-catalogne/ils-font-tout-pour-que-ca-degenere-en-catalogne-les-pro-independantistes-defendent-la-radicalisation-de-leur-combat_3673149.html&SRCN=France TV Info&|

­­Le groupe de touristes russes a d’abord cru que les insultes lui étaient adressées, avant de comprendre qu’elles visaient en réalité les policiers de la Guardia Civil (garde civile) postés dans le secteur. Il est 11 heures, mercredi 23 octobre, et les premiers « feixistes » (« fascistes ») résonnent déjà dans la Carrer dels Comtes, la ruelle qui longe par l’ouest la cathédrale de Barcelone (Espagne). Enroulés dans des drapeaux rouge et or, les partisans de l’indépendance de la Catalogne manifestent une nouvelle fois pour dénoncer l’emprisonnement de neuf dirigeants séparatistes pour « sédition » et « désobéissance. » Pour rythmer les slogans, Montserrat a sorti de sa poche son sifflet. « Il est toujours quelque part sur moi, crie la retraitée de 66 ans au milieu du brouahaha. Je le garderai tant que Madrid ne reculera pas! »

Ce n’est clairement pas la manifestation la plus garnie que la capitale catalane ait connue ces derniers jours, pas la plus violente non plus. Rien à voir avec les affrontements qui ont fait plus de 180 blessés, quatre jours plus tôt, dans le quartier des célèbres Ramblas, quand des groupes ont incendié du mobilier urbain pour en faire des barricades. Rien à voir non plus avec les jets d’acide et de cocktails Molotov que les Mossos (les policiers catalans) disent avoir reçus. Ou avec les heurts qui ont éclaté lundi 14 octobre dans les allées de l’aéroport, entraînant l’annulation de plus d’une centaine de vols.

« Porcs » et « persona non grata »

À y regarder de plus près, la condamnation des neuf dirigeants indépendantistes à des peines allant de neuf à treize ans de prison semble surtout avoir servi d’étincelle à un feu qui attendait d’être rallumé. Depuis la victoire du « oui » au référendum d’autodétermination organisé en octobre 2017, les tensions ont en effet atteint un point de non-retour. 

Les noms d’oiseaux volent sur Twitter. Début mai, Nuria de Gispert, l’ancienne présidente du Parlement catalan, a par exemple traité de « porcs » les dirigeants de plusieurs partis opposés à l’indépendance,avant de supprimer son message. Quelques mois plus tôt, elle avait déjà demandé à Inés Arrimadas, la porte-parole du parti libéral Ciudadanos, pourquoi elle « ne retournait pas à Cadix », la ville d’Andalousie où elle a grandi.

C’est aussi que les prises de bec ne s’arrêtent pas toujours aux mots. Inés Arrimadas et le président du parti Ciudadanos Albert Rivera ont ainsi été déclarés « persona non grata » par la commune de Sant Andreu de Llavaneres, située au nord-est de Barcelone. Même « sanction » pour le socialiste Josep Borrell, qui n’a carrément plus le droit de mettre les pieds chez lui, à La Pobla de Segur. Une banderole a même été plantée à l’entrée du village. Elle traite l’ex-président du Parlement européen et actuel ministre des Affaires étrangères de « honte de La Pobla. »

Et, désormais, c’est à l’eau de Javel que l’on nettoie les sols où les responsables anti-indépendance se déplacent. Cette vidéo a par exemple été tournée en février dernier à Amer, après un meeting d’Inés Arrimadas. Balai à la main, des militants frottent en criant « Desinfectem! » ( « Désinfectons! ») Le jour de sa venue, beaucoup de commerçants ont d’ailleurs choisi de baisser le rideau en signe de protestation. Cette ville est un symbole fort: c’est de là qu’est originaire le leader indépendantiste Carles Puigdemont, aujourd’hui en exil à Bruxelles.

AVERTISSEMENT

En égard au climat délétère actuel, nous ne validons aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte de DMS:


- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi

- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes

- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe


Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.


Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de Dans Mes Souvenirs ou ses représentants.

Laisser un commentaire